10. Qui voudrait d’un pylône, de câbles et de télécabines devant chez soi ?

Personne ne souhaite non plus un air pollué, une station de bus ou de métro, une ligne de tram, un carrefour à feux encombré ou une rue envahie de voitures en bas de chez lui… Il nous faut pourtant bien nous déplacer dans nos communes ou vers les autres pôles d’attractivité de l’agglomération ne serait-ce que pour aller travailler.

La question qui se pose ici est celle de l’insertion paysagère de la ligne de transport par câble (TpC). Or, l’impact visuel d’une ligne de transport par câble aérien sur le paysage relève avant tout d’une question esthétique subjective à mettre en relation avec les services rendus par l’équipement. Ainsi, aujourd’hui, sur les communes de Sainte-Foy-lès-Lyon et La Mulatière, les craintes exprimées sur ce sujet reposent beaucoup sur des représentations anciennes de modèles de TpC de station de ski qui n’ont pas intégrés la contrainte paysagère dans leur conception. La ligne de TpC entre Francheville et Lyon est ainsi souvent caricaturée sous la forme d’une ligne électrique à haute tension avec des pylônes qui n’ont rien à voir avec ceux mis en œuvre dans les projets d’ores et déjà réalisés ou projetés de lignes de télécabines urbaines.

affiche des communes de Sainte-Foy-lès-Lyon et La Mulatière pour annoncer leur « référendum »

L’autre question, c’est celle qui se pose pour toute nouvelle infrastructure de transport : l’articulation de l’intérêt général des futurs usagers de la ligne de transport avec les intérêts particuliers des futurs riverains de cette même infrastructure (ce sont parfois les mêmes personnes !).

Ce que l’on observe aujourd’hui dans nos communes relève du phénomène bien connu sous le vocable : « NIMBY » (pour « Not In My Back Yard », soit en français « pas dans mon jardin »). Cet effet ou syndrome est défini sur wikipedia comme décrivant : « … l’opposition de résidents à un projet local d’intérêt général dont ils considèrent qu’ils subiront des nuisances […]. Le nimbiste désigne ainsi l’opposant à un projet d’aménagement motivé, non par une opposition de principe ou de nature environnementale, mais par l’emplacement de ce projet qui porte atteinte à son cadre de vie et à son patrimoine. »

L’objet de la concertation préalable du public et de l’enquête d’utilité publique qui suivrait, si le Sytral souhaite poursuivre la réalisation de cette ligne, c’est justement de dépasser cette réaction « épidermique » et de partager un diagnostic (la nécessité de construire une alternative aux déplacements en voiture individuelle) et de trouver des éléments de consensus sur la solution à mettre en œuvre

C’est ainsi que la concertation devra répondre aux questions sur la covisibilité et que le choix du tracé devra minimiser les impacts visuels.

>>> site de concertation préalable du public <<<

Auteur : Libre comme l'air

collectif de citoyennes et citoyens, futurs usagers du transport par câble aérien Francheville Lyon

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :