7. Le transport par câble (TpC) sera-t-il interrompu les jours de grand vent ?

Les TpC les plus performants fonctionnent avec des vents forts pouvant aller jusqu’à 110 km/h en rafale. Au delà, cela peut donner lieu à un simple ralentissement (seuil d’exploitation à vitesse réduite), des arrêts momentanés, voire une éventuelle interruption totale du service (seuil d’indisponibilité de l’installation). Ces seuils sont déterminés conjointement par les constructeurs et les exploitants selon les caractéristiques techniques de l’infrastructure.

Selon une typologie établie par le service de l’État spécialisé dans les transports par câble (le STRMTG pour Service Technique des Remontées Mécaniques et des Transports Guidés), les vitesses de vent maximales admissibles par les transports par câble varient de 70 à 110 km/h suivant les systèmes :
• Télécabine monocâble => jusqu’à 20 m/s (70 km/h).
• Télécabine bicâble => jusqu’à 20 m/s (70 km/h).
• Télécabine tricâble et téléphérique => jusqu’à 30 m/s ( 110 km/h).
• Télécabine « double monocâble » => jusqu’à 35 m/s (plus de 120 km/h). (source : STRMTG – Transport par câble aérien
en milieu urbain
– page 53)

Il résulte de l’estimation tenant compte des statistiques météorologiques sur Lyon réalisée par le Sytral que si on retenait le seuil le plus défavorable pour une indisponibilité totale d’un système monocâble (soit 70 km/h), la durée d’immobilisation totale serait en moyenne de 38h par an, ce qui rapporté à une exploitation annuelle de près de 4.750 h donne un ratio d’indisponibilité due au vent de 0,8 %.

A noter que l’indisponibilité due aux orages (menace de foudre sur les installations) sera plus importante, estimée par le Sytral à 86 h/an, concentrée en période estivale, soit un ration de 1,8 %…

De fait, tous les modes de transport sont soumis à des aléas, ni plus ni moins que le transport par câble aérien qui fait partie des plus performants : « Le taux de disponibilité des transports par câble est équivalent à ceux des métros (souvent supérieur à 99,5 %, tous événements confondus). Comme pour les autres modes de transport urbain, de tels niveaux de disponibilité sont indissociables d’une politique de maintenance préventive et de contrôle efficace. Les aléas météorologiques, essentiellement le vent, sont les principales causes d’interruption du service. Leur impact effectif sur l’exploitation reste relatif ». (source : STRMTG – Transports par câbles aériens en milieu urbain et périurbain : quel domaine de pertinence en France ? – page 7).

Auteur : Libre comme l'air

collectif de citoyennes et citoyens, futurs usagers du transport par câble aérien Francheville Lyon

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :