13. Ce projet a-t-il été imposé par la métropole et le Sytral contre la volonté des communes ?

Les communes qui aujourd’hui s’opposent frontalement au projet – La Mulatière, Sainte-Foy-lès-Lyon, Lyon 2ème sont parmi celles qui ont réclamé en décembre 2017 un projet de transport par câble (TpC) sur leur territoire :

Les avantages du transport par câble aérien sont nombreux, moins cher que le métro, silencieux, ludique […] le transport par câble aérien appliqué à nos territoires permettrait par exemple de connecter des quartiers tels que Francheville le Haut à la gare d’Oullins ou encore à la Confluence […] Nous devons faire le pari ambitieux que d’autres modes de transport, plus rapides, moins coûteux et respectant davantage l’environnement s’installent durablement dans notre paysage quotidien.”

Par la présente, nous demandons l’inscription d’un projet de transport par câble aérien dans la programmation pluriannuelle des investissements (PPI) 2014-2020 du Sytral…”

A savoir que ce courrier n’était pas le premier envoyé au Sytral à l’initiative de maires de notre territoire. En effet, un précédent, daté de mai 2013, avait déjà porté à la connaissance du Sytral et de la métropole le projet de transport par câble aérien construit par des citoyens et élus de leurs communes qui les avaient convaincus de la pertinence de cette solution innovante aux problèmes de déplacements :

Celui-ci avait reçu une fin de non-recevoir, la législation d’avant l’ordonnance n°2015-1405 du 18/11/2015 n’autorisant pas encore le survol de zones d’habitation par ce mode de transport …

Mais le courrier de décembre 2017, postérieur à la nouvelle législation en la matière, a conduit le Sytral à mener de premières études exploratoires… Et c’est ainsi que, suite à l’étude menée courant 2019 par le cabinet Arcadis sur une dizaine de possibles liaisons par TpC sur l’ensemble de l’agglomération, le Sytral en a retenues 3 comme potentiellement intéressantes. Celle entre Francheville et Lyon a même été explicitement inscrite au plan de développement de décembre 2019 largement communiqué à la presse.

source : Le Progrès (édition sud lyonnais) – 18 décembre 2019

Et voici ce qu’en disait l’article du Progrès du 18 décembre 2019 : « Concernant le téléphérique urbain, une dizaine de liaisons ont été étudiées. Trois se détachent sensiblement. La première, permettrait de couvrir 8 km en une trentaine de minutes entre Rillieux et le stade de Décines. Potentiel de voyages par jour ? Seulement 800 à 2 500. Quant au coût de construction, il atteindrait 150 millions d’euros. La deuxième liaison ferait survoler Cuire et le 4e arrondissement de Lyon pour relier la gare de Vaise en une petite douzaine de minutes. « On va peut-être creuser plus, mais ça ne fait pas partie des priorités qui s’imposent à nous […] », a commenté Fouziya Bouzerda. Le scénario jugé le plus pertinent est celui qui envisage de relier Francheville à Gerland, en passant par Sainte-Foy-lès-Lyon, La Mulatière et le quartier de Confluence à Lyon. « Le câble répond à la demande du secteur avec des connexions efficaces », estime la présidente du Sytral.

A ce moment-là, aucune critique n’a alors été formulée par les communes qui s’y opposent farouchement aujourd’hui

Il faudra attendre décembre 2020 et l’annonce de l’inscription de cette ligne de TpC Francheville-Lyon au plan de mandat du nouvel exécutif métropolitain pour que, quelques semaines plus tard, se concrétise dans certaines communes une opportuniste volte-face, aussi inattendue qu’injustifiée au regard de la chronologie des événements.

On peut d’ailleurs noter que les maires de Francheville et Lyon 7ème sont eux toujours favorables à ce mode de transport et que l’ancien maire de Lyon 2ème, M. Broliquier, a également refusé de suivre son successeur dans sa fronde contre le projet, maintenant explicitement son soutien.

Mais alors que penser du revirement de Mme. Sarsellli et de 6 autres élus de droite, qui sont aujourd’hui vent debout contre le projet de TpC, alors qu’elle le défendait si bien en décembre 2017 et ne s’opposait pas à son inscription au plan de développement du Sytral de décembre 2019 ? Se pourrait-il que ce revirement à 180° soit avant tout un “coup politique” de celles et ceux qui n’ont pas digéré l’élection d’un exécutif dirigé par des écologistes à la Métropole en juin 2020 ?

Auteur : Libre comme l'air

collectif de citoyennes et citoyens, futurs usagers du transport par câble aérien Francheville Lyon

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :